L’Orchestre National de Barbès sème la transe et la danse au Théâtre les Docks de Corbie…

0
1113
On ne dira jamais assez de bien de la cité corbéenne, organisatrice d’événements qui jamais ne déçoivent dans son joli centre Adhalard. On en dira cependant beaucoup après le concert de l’Orchestre National de Barbès ce jeudi, dans une salle quasiment pleine et qui, bien vite, va se mettre à se trémousser dans tous les coins et recoins, au son de cet ensemble imprenable en live, “world” dans l’esprit et doté d’accents orientaux qui saupoudrent une joie vivace dans la populace.
Il faut dire que l’ONB croque du live, c’est là son terrain, fédère à tout-va et brosse avec panache un panel sans tache, qui se déploie de la chanson au rock impulsé par des guitares nerveuses en passant par la salsa, le reggae, le jazz ou la musique gnaoua. Actif depuis 20 ans, ce collectif aux origines aussi ouvertes que son univers musical n’a plus grand chose à prouver et pourtant, il met dans chaque apparition live une intensité, et un sens du partage et de la fête, saisissants. Il chérit son public, qui sera d’ailleurs amené à participer à plusieurs reprises et à s’égosiller joyeusement au micro, et joue impeccablement les morceaux du petit dernier, Dame de coeur, sans oublier toutefois de piocher à l’envi dans une discographie généreuse comme le sont ces onze musiciens soudés. Bigarré comme le quartier que son nom évoque, l’ONB fait un malheur, ira jusqu’à jouer deux heures et le public en aura pour son fric, nullement éprouvé par un live pourtant chaud bouillant, épicé à souhait et au sein duquel tout un chacun, musicalement, peut aisément trouver son bonheur.
Le groupe a, de surcroît, la capacité à convertir, par son métissage, les gens et castes musicales, on le suit peut-être un peu moins dans ses embardées “chanson” au relief moins prononcé mais hormis cela, le groove et l’identité sonore forte sont de mise, imparables. On ne se la joue pas, loin de là, mais on joue, l’humain est l’une des matières de la clique, que d’aucuns retrouveront à l’issue du concert, avec sa bonne humeur habituelle, à signer moults autographes et à échanger avec les privilégiés du soir.
Enième concert de choix, donc, dans les lieux, dont on ne peut que vous recommander la fréquentation. On y est fort bien accueilli, on s’y sent bien et jamais les spectacles qui s’y déroulent ne faillissent, à l’image ce ce show très chaud de l’Orchestre National de Barbès.
Photos William Dumont.