The Denyals, Gun Addiction, Mookills, Cheshire Cat (The Bouncing), Blindhorses.. (Rock’n’roll lillois). – Strange news from the northern front

0
1051
Initiative de l’asso Air Ape Inc, fondée entre autres par Erreïp et ses Denyals qui en font d’ailleurs partie, avec le précieux concours de Radio Campus LilleStrange news from the northern front inclut cinq groupes lillois d’obédience rock’n’roll mais pas uniquement, sans fioritures ni hommage appuyé à la bienséance rock (et tant mieux!). Lesquels démontrent un savoir-faire qui donne de l’envergure à ce recueil, fourni et sans défauts.
Dix-neuf titres les honorent et on s’y trimballe entre le “dirty dark raw punk” des Gun Addiction, qui ouvrent rageusement mais avec classe (FTW), le rock mordant des Denyals donc, trio acéré n’ayant plus à faire ses preuves, et Cheshire cat (The Bouncing) qui livre lui un batcave ayant le mérite, outre sa qualité égale à celle, élevée, des autres “bands”, d’élargir le spectre stylistique de la compilation. “Eclairé” qui plus est par le chant féminin teigneux de Sabatel, le duo envoie dans un premier temps un excellent In the factory, que relaie parfaitement Mookills, au rock tranchant, en mode punk. Bon et efficace, avant qu’une certaine originalité ne pointe le bout du nez avec les cuivrés et stylés, eux aussi, Blindhorses et un très racé Old Betty, comme si Calexico croisait le fer avec les Violent Femmes sous l’oeil des Cramps.
Chaque formation offre au total quatre morceaux, Blindhorses n’en lâche “que” trois mais s’avère être la trouvaille de l’ensemble, et les pépites pleuvent, dans une surprenante pertinence. En outre, on ne se disperse pas trop; cinq groupes suffisent, ça permet de rester dans la cohérence et de ne pas s’y perdre. Dommage, “juste”, que l’objet soit si peu lisible (le noir sur rouge c’est beau, mais difficile à déchiffrer) car musicalement, aucune réserve n’y sera apposée. On pourrait même s’arrêter à chaque morceau joué; An autopsy signé The Denyals, riffant et déjanté, Twerp de Cheshire cat et sa basse cold qui emmène le tout (Master, plus loin, procurera autant de plaisir froid), Down in the valley des Blindhorses et son banjo qui transporte, son chant prenant, le Sexy doll punky débridé de Gun addiction (Mookills fera de même avec son Goodbye my friends terminal). 
Mais le mieux à faire, avec un tel aperçu discographique, est encore de s’en imprégner sans modération et de s’en inspirer pour découvrir plus en avant les productions des différents groupes concernés, honorés comme il se doit par ce Strange news from the northern front.