Ici & Lui – Take it from the top

0
873
Ici & Lui est l’affaire de deux frères: Thomas David (guitar, programming, percussion), et Pierre David (trumpet, sampler, percussion). Aidée entre autres par Olivier Blanchard au tenor sax, la fratrie joue un étourdissant “pop electro jazz” qui évoquerait de loin Soul Coughing, avec le même brio mais pas tout à fait selon le même procédé, quoique…

Take it from the top, l’opus qui résulte des investigations -aussi géniales que périlleuses à l’origine- des intervenants, marie adroitement jazz, groove funky (Onizuka), séquences electro et rock saturé bien diffusé, d’un superbe apport à un tout de toute façon fringant et individuel de bout en bout (Shoji endo, autre coup d’éclat de l’album). Les frangins font de plus preuve d’une sacrée astuce dans la création de sons qui, miraculeusement, s’emboîtent pour former un édifice au groove obsédant. Des voix samplées en Anglais, Français et Japonais colorent l’ouvrage, qui suinte aussi la classe jazzy “mais pas que” et on s’en réjouit car le format dégagé de toute autre inclusion aurait vite lassé l’auditeur.

Ici, fusion est le maître-mot et Ici et Lui la réalise d’une façon inédite et inspirée. Quiétude jazz vivace (Ball of fire, le morceau d’ouverture), sons malins répétés (Tokyo it), maestria instrumentale (Opening face B) et collage d’éléments disparates, le cheminement rappelle aussi les Beastie Boys à ceci près qu’ici, c’est effectivement le jazz qui sert de base, de façon dominante, au patchwork mis en place. Des plages vives (Hard swin puis Cowboy bebop), étoffées par la “super trompette” de Pierre valorisent la fin d’album, des riffs western -ou encore funk-rock- sur le second des deux titres aussi, ça groove à tout va et jamais on ne sombre dans la guimauve jazzy ennuyeuse, loin s’en faut.

Au bout du trip, on a droit au jazz-funk de Love love nana, boosté par de l’electro. Puis The world conclut sur une trame similaire dans l’esprit, pimentée par une belle guitare et l’apport, remarquable, des voix. Le tout dans une loufoquerie porteuse à la Primus grandement productive.

NOS NOTES ...
PARTAGER
Article précédentSylvan Esso – Sylvan Esso
Article suivantMoodie Black – Nausea