Birth of Joy – Prisoner

0
772
Trio batave, Birth of Joy avait déjà créé la surprise avec Life in Badalou, en 2012. On y trouvait une rage rock’n’roll dopé à l’orgue, doublée de descentes psyché de bon aloi, qui produisait un bel effet. Aux confins des Doors, de Led Zeppelin et d’un rock garage ne reniant pas les mélodies (Keep your eyes shut), le groupe remet le couvert avec ce Prisoner à la fois rageur et planant, tout aussi bon que son prédécesseur.
D’emblée, les volutes d’un orgue bavard s’acoquinent avec des vocaux 70’s et des rythmes versatiles, des guitares tranchantes aussi, des breaks judicieux (Le bien nommé The sound en ouverture) venant parachever l’oeuvre de Kevin Stunnenberg et ses acolytes. On suivra ces derniers lors de leurs moments de rage ouverte et incoercible (How it goes) comme dans leurs instants hauts perchés d’une durée plus étirée (Three day road), que des plages soniques troublent dans leur quiétude. On se régalera bien sur de ce rock direct et remonté (Grow) et de l’alchimie entre les intervenants et instruments. L’amorce est performante et Birth of Joy démontre ensuite qu’il peut tenir sur la durée d’un album entier, en instaurant dans la foulée un Rock’n’roll show fougueux. L’un des atouts de la formation d’Amsterdam tenant dans cet orgue primordial, entre autres éléments à prendre en compte. Sur ce titre, il s’acoquine avec une guitare elle aussi racée et jusqu’à Clean cut qui conclut de manière saccadée -après un Prisoner lourdaud et retenu, excellent-, on ne déplorera aucune perte de qualité.
Le registre, certes, laisse transparaître ses sources d’inspiration. Mais celles-ci sont parfaitement assimilées et mises au service d’une recette “maison” aboutie. Des délires instrumentaux déjantés (Longtime boogie, Holding on) valorisent le rendu, aussi leste et céleste que turbulent (Mad men), dont on ne s’écarte que peu ou prou. Auquel, même, on s’attache d’une manière de plus en plus prégnante au fil des écoutes et de l’assimilation d’un disque réussi, exigeant de par ses rebondissements mais émaillé de nombreux essais accomplis à souhait.