The Craftmen Club, guingampais influencés par 16 Horsepower ou The Gun Club, auteurs d’un excellent Eternal Life: courte interview…

0
986
Suite à la sortie d’Eternal Life, qui marque un changement palpable par rapport à Thirty-six minutes, l’effort précédent et initial, questions au “gang” de Steeve Lannuzel

1.    Cette appellation, « Craftmen club », d’où vient -elle?

Il n’y a pas réellement de sens, Il nous fallait un nom et nous avons choisi Craftmen pour l’utilisation artisanale que l’on fait des samples.

Et club pour le groupe The Gun Club.

2.    Etant issus de Guingamp, vous considérez-vous comme l’En Avant musical de la ville, à savoir un « club » sans gros moyens mais bien géré et doté d’un esprit de nature à aller de l’avant?

Oui, on pourrait traduire ça comme ça!:)

Mais il y a d’autres groupes à Guingamp, nous ne sommes pas les seuls! C’est assez agréable d’entendre parler de notre ville avec autre chose que le foot! Mais nous n’avons rien contre ce sport,

3.    Considérez-vous la Bretagne comme une terre « rock »?

Oui c’est une région qui bouge bien, pas uniquement pour le rock, mais la musique en général est assez omniprésente.

4.    Pour en venir à Eternal life, on y sent, on y entend, une évolution depuis Thirty-six minutes. Il fait moins « 16 Horsepower »; cela correspond t-il à une volonté de votre part de cheminer vers un style plus personnel?

Oui, nous ne voulions pas rester dans le même style et surtout ne pas faire un album identique. Nous avons pris le temps pour bien réfléchir et essayer de faire quelque chose que nous n’avions pratiqué, même si cela comporte un risque! Nous voulions évoluer.

5.    Eternal life est à mon sens à la fois rude et sensuel, puissant et mélancolique; vous confirmez?

Oui, il nous fallait créer une ambiance froide qui collait à l’univers musical et aux paroles tout en gardant des mélodies, ce qui pour nous reste l’essentiel.

6.    Comment se font l’écriture et la composition au sein de The Craftmen Club ? On sent une belle unité sur l’album, d’où ma question…

En fait j’arrive (Steeve Lannuzel) avec couplet et refrain et ensuite nous travaillons ensemble sur la construction et les arrangements. Pour lui donner une couleur bien à nous!

7.    Sur quels thèmes écrivez-vous, où puisez-vous  « matière » à écriture?

Sur cet album, je me suis inspiré des romans de science fiction comme 1984, Blade Runner, Ubik etc…  

Je voulais une ambiance froide, presque mécanique et déshumanisée…

8.    S’il est encore récent, quels sont les retours critiques sur Eternal life? Et concernant le live, territoire que, j’imagine, vous appréciez tout particulièrement?

Pour l’instant les critiques sont très positives et nous en sommes très heureux, pour le live aussi ! C’est le début mais dans l’ensemble cela reste positif ! Pour nous la  scène reste primordiale.


9.    Quels sont vos projets à court et moyen terme?

Pour l’instant, concerts, concerts et concerts 🙂

10.    Pour finir, existe t-il des obstacles réels à l’avancée d’un groupe comme le vôtre, dans le  monde difficile qu’est celui de la musique?

Le monde de la musique n’est pas plus difficile qu’un autre, surtout en ce moment. Nous avons la chance incroyable de faire ce que nous aimons et en quelque sorte je nous trouve assez privilégiés !.


Site The Craftmen Club