Les Dum Dum Girls et leurs sucreries pop 60’s-shoegaze à la Lune des Pirates…

0
633
Beau programme que la venue des Dum Dum Girls de Dee Dee et anciennement Frankie Rose, cette dernière auteure d’ excellents albums solo, à la Lune des Pirates. D’autant plus beau qu’en ouverture, le duo Scrappy Tapes, de Gand en Belgique, s’est permis de mettre l’eau à la bouche d’un public restreint -dommage, une fois de plus!- avec son rock rugueux et sans aspérités façon Black Keys.

Une guitare, une batterie et deux chants, il n’en a pas fallu plus aux deux gantois, donc, pour envoyer du lourd sur les planches de la Lune, entre rythmes débridées et plus lourdauds, puissamment et non sans âme. Leur swamp-garage-blues affûté, subtil (I have all the time) ou rude et galopant (Break out like the measles) les révélant donc aux Picards présents pour l’occasion et constituant, malgré des influences audibles, une bonne entrée en matière.

Venue, cependant, pour les Dum Dum Girls, l’assistance allait ensuite profiter d’un concert court, manquant parfois un peu de nerfs. Mais, il importe de le souligner, jonché de petits hymnes taillés dans une pop 60’s de charme et des essais noisy ou shoegaze délectables, malheureusement trop occasionnels et qui auront pour effet…de ne générer qu’une relative déception au vu de la qualité des morceaux joués. Les filles renforcéEs par la présence d’un guitariste “mâle”, statiques mais malgré cela d’une belle présence, s’appuyant sur une jolie plastique, mais aussi un répertoire probant issu de leurs deux albums, pour rafler la mise dans une salle certes pleine, mais moyennement enthousiaste si l’on s’en tient aux ovations consenties.

On en retient donc une impression presque mitigée, au sortir de la “Lune”, mais bien plus marquante avec le recul sur un évènement somme toute équilibré, sans faux-pas du point de vue des titres livrés et qu’un trop-plein de gifles noisy aurait peut-être dénaturé. Les filles prennent le parti d’une diversité malgré tout percutante et à l’arrivée porteuse, pour signer une prestation de choix quand bien même on les aurait volontiers vues plus “agitées” et moins sur la réserve.

Photos William Dumont.