Vous vouliez du garage à la Cramps? La Gam de Creil vous en sert une bonne rasade avec K-Holes…

0
741
La “GAM” creilloise, à l’image de la “Lune” amienoise et de l’Ouvre-Boite beauvaisien, gâte souvent ses habitués et en ce samedi, devant une foule clairsemée, ce fut encore le cas avec K-Holes, redoutable gang garage influencé, entre autres, par les Cramps dont la folie fut pour le coup proche d’être égalée.


VSC

Un certain éclectisme accroissant encore l’attrait de la soirée, initiée par l’excellente pop-rock british des amienois de VSC puis prolongée par Angelo Spencer et les Hauts Sommets, aux accents africanisants allant de pair avec un rock groovy et sauvage à la The Ex. Insuffisamment plébiscitées par une assistance étonnamment réduite, les deux formations assurent pourtant dans leur genre respectif des apparitions solides, classiquement pop-rock pour les VSC mais avec pour eux des morceaux de taille, moins normés pour Angelo Spencer et son mix aussi “mondial” qu’insoumis, aux soubresauts sauvages.


Angelo Spencer

Mais la gifle de la soirée, personne ne s’en étonnera eu égard au registre du groupe formé par l’ex Black Lips  Jack Hines et sa femme Julie, fut administrée  par ces K-Holes à la sauvagerie à peine jugulée, balafrée par un sax et agrémenté de poses et contorsions témoignant de la fougue déployée. Entre rythmes speedés et moments plus massifs, selon un jeu instinctif mais jamais trop confus, aussi punk que maitrisé, chaotique mais entièrement jouissif, les trois dames et les deux gars (dont une bassiste couverte par sa chevelure blonde abondante et une chanteuse possédée), ont offert à la Grange à Musique un concert court mais trépidant, sans concession aucune. Pour une première en Europe, il s’agit donc là d’un coup de maitre signé de la GAM et de ce groupe furieux, intense, dont le passage n’aura laissé personne indemne. Avec pour seule réserve à cette soirée de feu, un public trop restreint, qui  n’avait pourtant pas à fuir devant le prix encore une fois hyper attractif de l’évènement. Les absents pouvant d’ores et déjà, compte tenu de la prestation du groupe vedette, se mordre les doigts d’être restés “at home”.

Photos William Dumont.