Deux phénomènes hip-hop/fusion atomisent la Lune des Pirates…

0
940
Plutôt habile dans la programmation de groupes-surprise faisant fi des conventions en termes de genre et d’attitude, la Lune des Pirates ouvrait ses portes, ce jeudi, à deux formations fusionnantes percutantes et insoumises, aux shows détonnants. La jeunesse amienoise, venue en nombre restreint, trouvant devant ces concerts-choc de quoi s’agiter, de pair avec deux groupes renversants, et croquer à pleines dents dans, au moment de l’ouverture et de façon initiale, le show monstrueux de Champagne Champagne et sa fusion bondissante. Ceci avant la tête d’affiche du soir, un Stig of the dump tout autant recommandable.


Champagne Champagne

Déjà probant sur disque, les deux blacks survoltés et génialement exubérants, flanqués d’un complice non-moins engagé, ont fait valoir un rap-rock percutant et une énergie de tous les instants, de même qu’une présence scénique de folie et un répertoire étayé par la sortie prochaine d’un EP, leur second si je ne m’abuse, dans un avenir très proche. Leurs morceaux, dignes des Beastie Boys les plus remontés qui soient, atteignant la cible sans souci aucun et faisant transpirer un public scandant inlassablement “Tchim’peigne, Tchim’peigne” à l’invitation des infatigables frontmen du groupe.

De groove et furie hip-hop en assauts rock féroces, voilà donc une révélation de haut niveau, dont la première partie prit de ce fait des allures de voleuse de vedettes. Jouissive bourrasque, donc, dont l’effet se fit même sentir au sein même d’une l’assistance qui n’en demandait pas tant et ne se fit pas prier pour prendre largement part à ce déferlement de tchatche et de sons offensifs. L’énergie qui lui restait étant donc insufflée dans le set de Stig of the dump, aux plages massives ou groovy, truffées de sons d’origines musicales diverses et de riffs dynamite. Stevie Dickhead, lui aussi en phase directe avec son auditoire, et son DJ imposant un mélange furieux et bouillonnant, zébré d’éclairs soul-jazz classieux, entre dubstep, hip-hop et hardcore, compact et puissant sans manquer de groove, loin de là.


Stig of the Dump

Qu’on soit au départ de cette “caste” ou pas, impossible de rester immobile et impassible devant un tel set, rageur et parfaitement complémentaire, en légèrement moins organique, de celui des Champagne Champagne qui, d’ailleurs, n’en rateront pas une miette..et on les comprend!

Transcendant, exaltant et adroitement pensés, bardés de chansons aux genres étonnamment ajustés, voilà, pour conclure, une soirée marquante de plus, positivement éprouvante. Qu’on placera sans hésiter en haut de la pile, élevée, des concerts haut de gamme vus dans la petite salle de la métropole amienoise.

Photos William Dumont.