Belle soirée, avec le DB Band de Mick Quinn et les havrais de Grapes, à la Briqueterie…

0
1465
Supergrass ayant fait ses adieux en avril 2012, après un excellent concert parisien et une belle série d’albums accomplis, Mick Quinn, qui y tint la basse, a depuis fondé DB Band, trio finalement pas très éloigné de son groupe originel que ce soit dans le contenu comme dans la qualité qu’il génère. Il y gère la guitare et le chant et son groupe était ce soir accueilli par la Briqueterie, salle amienoise recommandable, avec en première partie les havrais de Grapes.


Grapes

Ces derniers ont offert au maigre (on ne peut que s’en étonner au vu de l’affiche du soir…) public amienois une excellente surprise, jouant une série de morceaux mêlant avec bonheur et entrain pop, folk et rock. Entre raffinement et énergie, avec, aussi, une belle sensibilité, le quatuor normand s’est au moins révélé à la petite cinquantaine de spectateurs présents, mais mériterait d’être plus largement connu tant ses compositions, subtiles et parfaitement exécutées, vigoureuses dans le même élan, s’avèrent abouties. En orfévres folk-rock, les membres de Grapes ont la mainmise sur leur registre et le premier album, fraichement sorti chez Porc Epic, promet d’être de belle facture s’il est à la hauteur des concerts du groupe. Enchanteur mais doté, ce qui rehausse d’autant plus son intérêt, d’une énergie bien jugulée, Grapes mérite une attention toute particulière et pourrait à l’avenir trouver une place, aucunement usurpée, légitime même, sur l’échiquier folk/pop/rock de l’hexagone.


DB Band

Passé ce “hors d’oeuvre” savoureux, il nous fut donné de profiter, de façon tout aussi…profitable, du registre pop-rock, mélodieux (Dreams, excellent, doté d’attaques de guitares rudes succédant à de bien belles mélopées pop chantées par Mick) ou à tendance nettement plus punky en certaines occasions, qui évoquent Supergrass sans perte de qualité. Bus stop shuffle, bourru, galopant, ou un Up in smoke plus bluesy complètent le tableau, et dévoilent un groupe cohérent et talentueux, anglais dans l’attitude et le son, qui fait largement honneur à sa patrie dans ses embardées poppy comme dans ses dérapages enragés ou plus psyché, plus légèrs.
Doués, expérimentés, Quinn et son groupe passent l’épreuve haut la main et n’ont comme défaut que de jouer trop peu, n’ayant encore à leur disposition qu’un nombre de chansons restreint. Mais qui, exempt de défauts et sans déchet aucun, promet une suite à forcément prendre en compte et prolonge superbement, quand bien même l’idée ne faisait pas partie des plans initiaux de Mick Quinn, l’aventure Supergrass


Photos William Dumont.