Sallie Ford & the Sound Outside signe un concert de haute volée à la Lune des Pirates

0
1056
Déjà convaincants lors d’une récente Nuit de l’Alligator rouennaise, Sallie Ford et son groupe, le Sound Outside, étaient conviés à la Lune des Pirates d’Amiens, avec en première partie la jolie Moïraa, accompagnée elle aussi par trois “mecs”, qui allait se distinguer dans le rayon chanson en ayant le bon goût d’étendre le genre à des extrémités parfois folk, voire rock, et d’inclure à son set du soir une amusante et virevoltante reprise du If you wanna be my lover des Spice Girls. Sensible, la jeune femme touche, comme l’avait fait François Crimon en octobre dernier, en narrant des tranches de vie issues du quotidien et en proposant des chansons dignes d’intérêt. On aurait pu craindre un concert uniquement dédié au format “chanson”; il n’en est rien de ce fait, les formats posés passent bien et sans tournebouler la Lune ou chambouler le genre, Moïraa, avec charme, grâce et émotivité, permet au public présent de passer un moment incontestablement agréable.

Moïraa

Jolie surprise donc, suivie d’une Sallie Ford au sommet de sa forme, avec son rock jazzy feutré ou rugueux et qui convainc dans chacune des deux options, animé par sa voix chaude et profonde. Avec, autour d’elle, un trio qui assure un accompagnement de choix et une collection de chansons dont certaines sont d’ores et déjà des tubes potentiels, teintées d’élans bluesy et de cavalcades bien “wild”, et un charisme dont point une timidité pas encore complètement évacuée, la ressortissante de Portland livre un superbe concert, équilibré entre classe jazzy ou bluesy (Danger et ses “oh-ohoh”), penchants distingués (Write me a letter, par exemple) et rudesse bienvenue (I swear) et voix associées (Cage). This crew et son jazz-blues subtil, vif aussi, complétant avec d’autres une palette parfaite, dont certains passages sont d’ailleurs repris par certain(e)s dans la foule.

Sallie Ford

De surcroît, un feeling indéniable parcourt les titres, le chant caractéristique de la dame faisant le reste pour au final enchanter l’assistance Lunaire, qui aura droit à une série de rappels rugueux après que Sallie et son guitariste soient descendus partager avec le public une partie de cette fin de concert. Laquelle mettra tout le monde en joie et dans les meilleures dispositions face à un week-end qui certes touche à sa fin, mais avec une dose de bonheur auditif qui rendra la semaine plus légère.

Photos William Dumont.