I break horses – Hearts

0
556
Duo suedois, I Break Horses fait dans le revival shoegaze, et évoque même My Bloody Valentine d’emblée, sur cet album aussi séduisant que référencé, que Maria Lindén et Fredrick Balck s’efforcent heureusement d’individualiser en y parvenant de façon récurrente.

Entre chant féminin vaporeux et nappes éthérées, sonorités imparables émanant par exemple de Wired et réitération de gimmicks plus qu’efficaces, la paire rafle la mise, tant dans ses essais alertes que lorsqu’elle plombe son propos (Winter beats, envoûtant) ou impose une trame doucereuse et lancinante (I kill your love, baby!).

Dans les cadences saccadées, elle tire aussi son épingle du jeu (Pulse), ce qui vaut aussi en ayant recours à une electro discrète (Load your eyes), ou à ce côté vaporeux qui parfois s’agite sans se départir de ses penchants “flemmards (Hearts, également excellent).

L’essai est donc réussi, les “initiateurs” évidents, mais l’album si bien conçu qu’on y plonge avec délices, entre chapes brumeuses et chant de sirène, pour un revival cette fois diablement intéressant.