Interview The Do

0
2121

  Auteurs d’un nouvel album riche et travaillé, mêlant des sonorités pop à des expérimentations bienvenues, le groupe The Do, que l’on ne présente plus, était à Bordeaux le 24 Mars 2011.

The Do se produisait sur la scène du Krakatoa à partir de 21h, avec en première partie le groupe venu des montagnes, Milenka.
Avant le show (ils sont six sur scène), véritable explosion de sons, synthé, guitares, cuivres, percussions variés, Olivia Merilahti, chanteuse du groupe, ainsi que la direction du Krakatoa, ont bien voulu me recevoir et m’accorder un peu de leur temps précieux.

Voir le photo report du concert de The Do

The Do sur myspace
The Do sur facebook
site officiel de The Do


Both Ways Open Jaw (mars 2011 -Cinq7)

>> Comment appréhendez-vous votre retour sur scène pour cette nouvelle tournée ?

Olivia : Au début on s’est retrouvé sur d’énormes scènes et on n’était pas du tout préparés. C’était pas évident à gérer avec tout ce qu’on attendait de nous et ce qu’on était capable de faire à l’époque. Aujourd’hui on a un stress normal, un trac normal comme tous les artistes qui montent sur scène. On est vraiment fiers et heureux d’avoir le groupe qu’on a aujourd’hui sur scène.

>> Comment vous sentez-vous en ce moment, 2 semaines après la sortie de l’album ? Êtes-vous satisfaits des premiers échos ?

Olivia : Ouais, on est super contents. Je trouve que les critiques sont positives, après il y a autant d’avis que d’individus. On savait qu’on ferait un album différent. Aujourd’hui les gens peuvent comparer donc forcément les avis sont justes ou pas, mais on est contents.

>> Ce nouvel album a un côté mystique, un peu surnaturel. Qu’est ce qui vous a inspiré pour ce côté-là ?

Olivia : Ce n’était pas forcément conscient, on s’est retrouvé en studio et je pense qu’à force de travailler uniquement sur ce projet, d’être un peu obsédés par nos chansons, sans travailler sur autre chose à côté, quelque chose d’un peu sorcier s’est passé en studio entre nous deux. Et je ne l’explique pas vraiment. Ça nous a juste amusé de jouer avec cette matière-là qu’on n’avait pas sur le premier album, qui était très solaire et lumineux. Faire un deuxième album nous permet d’explorer des couleurs, des émotions et des humeurs qu’on n’avait pas avant.

>> Avez-vous pris du plaisir durant la création de cet album ?

Olivia : Il y a tellement d’étapes quand on compose et qu’on essaie d’avoir une oeuvre complète.
On passe par plein d’étapes, de doutes, de moments d’euphorie, c’est rempli d’émotions très intenses, c’est pas juste de la teuf tous les jours. Évidemment, on cherche toujours la même chose, ce moment divin quand on se retrouve avec cette matière entre les doigts, on ne cherche que ce moment-là de grâce, on est en lévitation, on cherche ensemble cette même magie. C’est ce qui nous rend heureux. Après, on peut mourir.

>> Y a-t-il eu pour vous de nouvelles découvertes musicales durant l’enregistrement, de nouvelles inspirations dans ce que vous écoutiez ?

Olivia : On écoute plein de choses, c’est jamais consciemment. C’est toujours délicat d’écouter de la musique proche de celle que je fais. J’essaie de ne pas trop en écouter quand j’écris. Je me détache de tout ce qui se fait à ce moment-là. On est tellement sensibles et à fleur de peau, on s’imprègne trop vite de ce qui se passe autour de nous. Je préfère écouter des choses que je ne connais pas, que j’ai jamais écouté avant, des musiques pas familières, plus rythmiques que mélodiques, comme Steve Reich que j’ai beaucoup écouté là, ou du Debussy qui m’inspire beaucoup.
Dan a écouté beaucoup The Dead Weather. On a aussi découvert Micachu qui nous a pas mal bouleversé, mais c’est plus des références visuelles ou de films qu’on a vus qui nous touchent. Une simple image peut nous inspirer toute une histoire.


>> Avec quels mots décririez-vous l’aventure The Do, c’est à dire tout ce que vous vivez depuis le début ?

Olivia : Comment décrire ? Hum… C’est… On est partis en voyage. On est ensemble, il y a des tempêtes, des moments de calme et de plénitude et de la fierté. C’est un voyage très très rempli. Rempli de belles choses.

>> Quelle est la suite pour The Do ? Un 3ème album ?

Olivia : Peut-être qu’avant de faire un troisième album, on écrira une musique de film, on va voir si des projets comme ça nous tombent dessus. Travailler sur le cinéma à nouveau ou pour la danse contemporaine. On reviendra un peu à ces premiers amours-là car ça nous manque un peu et ça nous nourri tellement. Ou écrire des comédies musicales un jour, le faire vraiment. Ou enregistrer des standards de jazz. Ces choses, on a envie de les faire depuis longtemps et on n’en a pas encore eu l’occasion.
On ne sait pas ce qui va arriver. On veut encore faire plein de choses, et d’albums ensemble mais on ne se refuse rien non plus.

___________________

Photos de Thibaut