Orchestre national de Barbes – Le rocher de Palmer

0
1558

Orchestre national de Barbes au rocher de Palmer


 


Avant d’entrer dans l’espace 1200 du Rocher de Palmer, pâtisseries et thé sont à déguster au bar, histoire de se plonger dans l’ambiance ensoleillée.


 


La salle se remplie doucement pour devenir comble, Les trois premiers morceaux permettent de prendre la température, et les suivants la maintiendront.


 


 


 


Le rocher s’enflamme, notamment avec le titre ‘salam’, durant lequel, le public est invité à participer en jouant avec des phrasés plus ou moins fort, de sorte à établir rapidement une complicité entre la scène et la salle. Et hop c’est parti pour soirée de ska festif aux épices du bled.


 



 


C’est l’hiver, pourtant on chante et l’on danse comme si le soleil était présent. Une salle où la mixité et le métissage donne chaud au coeur : une douce réalité où les yeux pétillent de joie, où les sourires s’échangent et où l’on danse ensemble.


 


L’Orchestre National de Barbes c’est aussi des textes où sont cultivés le souvenir, l’histoire, et la critique du quotidien.


 



 


C’est ainsi que le titre ‘Résidence’, carte de résidence pour être plus précis nous rappelle l’importance du combat contre l’adversité. Un morceau dédié aux anciens qui ont combattu le fascisme. Mais il faut demeurer vigilant pour que ce dernier trouve toujours une résistance face à lui.


 



 


Il parait de même important d’ouvrir son livre d’histoire et d’éducation civique pour mieux comprendre la France actuelle et de faire disparaitre la peur de la différence.


 


Le titre ‘Résidence’ donne bonne leçon d’histoire en plus d’être un plébiscite à l’intégration.


 


 


 


Au-delà de la musique qui a réuni ce soir enfants, adolescents mais aussi plus anciens, l’Orchestre National de Barbes permet de partager de valeurs  de respect, et d’amour que l’on retrouve chez tous les peuples.


 



 


Grâce à une séance de thérapie de groupe à la façon ONB, nous avons également chassé l’amertume qui pouvait nous rester de 2010.


 



 


D’autres titres plus ludiques comme ‘wawa’ permettront aux poids chiches sauteurs et non aux derviches tourneurs, de s’agiter au rythme des percussions sur scène. Ils vont de ci de la, en ligne ils assureront des aller retour du font de la scène vers le public.


 



 


Les mains frappent en rythme et le sax entre dans une transe musicale. Il y a entre le groupe et le public une osmose quasi parfaite. Le public réagit chaleureusement aux différentes sollicitations. A un tel point que nous sommes taxés de malades tant nous avons amour à offrir : ‘A ce l’on est bien’ ce soir.


 


 


 


Seule solution pour guérir c’est de tendre des filets afin de capturer de trop plein d’amour afin de pouvoir le disperser aux quatre vents plus tard.


 





 


http://www.myspace.com/orchestrenationaldebarbes


 





 


Merci à l’Orchestre Nationale de Barbes


ainsi qu’au Rocher de Palmer


 


Crédit Photo Thierry