DATA planets system – The Future

0
1542

         Le trio bordelais Data s’est transformé en Data planets system et nous offre un second album, The Future.

 

Dès les premières notes de l’album qui s’ouvre par le titre « Because it was you, because it was me » l’auditeur est propulsé dans une bal(l)ade à travers le système planétaire de DATA car le morceau se révèle très atmosphérique de par le rythme lent et lancinant de Bertrand ainsi que par les voix aériennes de Lise (qui joue aussi de la basse) et de Thomas (également à la guitare) qui tantôt se répondent, tantôt se marient, entretiennent un paradoxe particulier puisque leurs chants semblent lointains alors que pourtant bien distincts. Et si des ambiances douces et aériennes, créées par les chants et du piano, viennent souffler la légèreté, celles-ci sont ponctuées par des guitares électriques franches. Une recette sincèrement efficace que l’on retrouvera avec plaisir sur « Micromega » quelques titres plus tard.

La nostalgie? Pourquoi faire? DATA planets system préfère se consacrer à l’avenir, et si le futur est à l’image de leur morceau éponyme « The Future » qui est aussi le plus long de l’album, alors l’avenir sera entraînant et plutôt optimiste, comme une lumière au bout d’un tunnel. Et le titre « Vapors » s’avère être un morceau délicieusement pop qui éloigne de manière certaine la morosité.

Pourtant, tout n’est pas si lumineux comme en témoignent les thèmes abordés, plutôt obscurs comme « Bla bla » dont la voix introductive haut perché illustre soniquement la chute dans le vide intersidéral du non-sens et de la non-communication en général. Ils explorent également leur côté électro-psyché avec « Is it instinct or what? »

On retrouvera dans « Violet Square » le charme de l’acoustique et les fans de morceaux calmes, où les voix se font fragiles, et parfois même presque au bord de la rupture, seront servis.

Si on devait les rapprocher d’un groupe, ce serait probablement de Cocoon, de par les mélodies accrocheuses et les voix masculine et féminine qui se répondent. Mais Data planets system diffère des Clermontois par leur aspect généralement plus électrique. En tout cas, au vu de la qualité de leurs morceaux, ce trio bordelais a de bonnes raisons d’envisager sereinement le futur!

Pour découvrir, ou redécouvrir :

www.myspace.com/databand