Moonjellies – Inner Anger Feather

0
2705
Les Tourangeaux de Moonjellies ont débarqué tout doucement en 2008, avec deux EP remarqués, pour leur contenance garantie en pop de qualité, ce qui réaffirmait avec force la très bonne vitalité de la scène française, décomplexée depuis maintenant plusieurs années suite aux succès de The Delano Orchestra ou encore Cocoon et autres Syd Matters. Le passage à l’épreuve de l’album n’est donc pas une plongée dans l’inconnu pour Moonjellies, plutôt un prolongement logique, un pas de plus.

Dès le début, l’auditeur est pris par les choeurs de “Meeting Place” et cette mélodie qui rentre instantanément dans l’oreille de l’auditeur sans plus s’en déloger. Les références affluent, Beach Boys et autres Queen, j’en passe et des… pas forcément meilleures, mais en tout cas aussi pertinentes. Le piano un brin mélancolique mais majestueux de “You Don’t Have To” a tout pour réchauffer les coeurs meurtris, qui trouveront dans l’élégance de ces montées instrumentales et leur côté réconfortant un baume apaisant. Dans son catalogue d’influences, le groupe tourangeau possède aussi la brit-pop, avec ce mid-tempo et cette guitare qui tombe parfaitement juste (“Come Across Your Shade“). Certes, les maîtres à penser du groupe s’entendent, mais le quatuor retombe plutôt bien sur ses pieds, sans trop donner l’impression d’être le premier de la classe sans personnalité.

Encore brit-pop, les Français durcissent (modérément) le ton sur “No Better Side of the Road“, fait se croiser Neil Young (l’intro) et Supergrass (le pont et la tonalité sautillante du titre) le temps de “Man in a Crowd“, avant une belle démonstration d’arrangements sur la sombre “Stars Above You“. La justesse de “Pauline” confirme le talent d’écriture de Moonjellies, qui peut hausser le rythme en gardant ses harmonies (“Summer Dress“, superbe titre pop enlevé) ou signer une très ballade au clair de lune, “Whispering Stone“, pleine de surprises dans son habillage (cordes et trompette). La conclusion aura une fois de plus une teinte mélancolique, “Black Cloud” jouant sur un contraste douceur / mélancolie pour séduire une dernière fois. Malgré un petit manque de titre très fort et une production un peu réservée, “Inner Anger Feather” a tout du galop d’essai réussi, et les nuages noirs devraient laisser un plein soleil aux déjà fort doués Moonjellies.

Le MySpace du groupe

Tracklist :
Meeting Place
You Don’t Have to
Come Across Your Shade
No Better Side of the Road
Night of the Chinese Plastic
Man in a Crowd
Stars Above You
Pauline
Sunrise
Summer Dress
Whispering Stone
Black Cloud