Polar, interview

0
2107

Par Amenina et Joseffeen

Le 27 mars 2009, nous avons interviewé le chanteur Polar par téléphone à l’occasion de la sortie de son nouvel album French Songs (EMI).


MuzzArt: Peux-tu nous parler de l’enregistrement de ce nouvel album?


Polar: C’est la première fois que j’ai enregistré un disque dans des conditions de live studio comme on le faisait dans les années 60/70. Tous les disques qui ont compté pour moi ont été faits de cette manière-là. J’avais l’habitude d’enregistrer de façon artisanale et là, c’était la première fois que je travaillais avec un réalisateur artistique qui a accompagné toute la phase du studio et de la mise en place des chansons.  C’est Régis Cecarelli, il a travaillé sur les albums de Keren Ann et Benjamin Biolay et c’est aussi lui qui m’a fait rencontrer les musiciens qui m’ont accompagné sur cet album: Philippe Almosnino qui est le guitariste des Wampas et qui est un super guitariste qui joue un peu de tous les instruments à cordes, Laurent Vernerey qui est pour moi le plus grand bassiste français, et puis Steve Nieve qui est le pianiste d’Elvis Costello depuis des années et c’était incroyable de collaborer avec lui pour moi qui suis un grand fan de Costello.


MuzzArt: Il y a eu des collaborations sur les textes aussi…

Polar: Oui, c’est venu dans un deuxième temps puisque j’avais pratiquement écrit toute la musique et, à un moment donné, j’ai demandé à une personne de ma maison de disque avec qui j’avais une super relation, le directeur artistique de Virgin, Jean-Claude GHRENASSIA, de me faire rencontrer Pierre-Dominique Burgaud. On s’est bien entendu. Au départ, on a discuté de tout sauf de musique, de ce qui passait dans le monde à ce moment-là, de la vie quoi et j’ai eu un super feeling avec lui. C’est seulement après que je lui ai parlé de mon univers et que je lui ai demandé son avis sur mes textes. La plupart sont restés tels quels mais on a co-écrit trois ou quatre textes. Ça m’a permis d’ouvrir mon univers. Sur les autres albums, j’avais un univers assez monochrome au niveau des textes et des thématiques que j’approfondissais beaucoup alors qu’avec French Songs, j’avais envie d’aborder des nouvelles choses.



MuzzArt: Et comment s’est passée la composition?

Polar: Toute la composition a été faite en deux endroits: Montréal et la Sardaigne. Montréal, c’était un accident de vie. J’y étais pour des concerts mais, suite à des tremblements de terre dans ma vie, j’ai décidé d’y rester deux ou trois mois pour faire le point. J’ai eu envie d’écrire des chansons sur ce que je vivais à ce moment-là mais je ne savais pas trop si ça allait venir en français ou en anglais. Je me suis installé dans la rue qui sépare le Montréal francophone du Montréal anglophone et j’ai fini par basculer du côté francophone de l’appartement. Je suis revenu avec une collection de chansons assez folk, guitare/voix et après une rencontre par hasard dans une rue, j’ai décidé de partir en Sardaigne pour peaufiner les chansons. A Montréal, j’ai rencontré beaucoup de monde et la scène musicale est très active alors qu’en Sardaigne j’ai connu une plus grande solitude, j’étais dans une énergie de nature: la mer, l’horizon ouvert… Au bout des deux périodes de travail, j’ai ramené 28 chansons.


MuzzArt: Dont une reprise d’une chanson en anglais? (ndlr: “Some Velvet Morning“)


Polar: Oui, une reprise de Lee Hazelwood et Nancy Sinatra qui est un classique de 1968. C’est une chanson avec laquelle j’ai grandi. C’est aussi un hommage à mes origines anglophones.


MuzzArt: Quelles sont tes influences?

Polar: Je suis un énorme fan de musique et consommateur de disques. J’ai grandi en écoutant de la musique folk, mes parents sont des grands fans de Johnny Cash. J’ai écouté beaucoup Neil Young, Nick Drake sinon j’ai aussi beaucoup écouté les Stones, les Kinks, tous ces groupes des années 60/70 que mon grand frère m’a fait découvrir.


MuzzArt: Justement, peux-tu nous parler de la chanson “A l’ouest” qui est la plus folk de l’album?


Polar: J’adore cette chanson, elle a un côté intimiste. Quand j’ai écrit cette chanson, j’avais en tête mon chalet en Suisse qui est un peu isolé dans les Alpes et le fait que je ne pourrais plus partager de moments avec cette personne que je venais de perdre. J’ai conçu cette chanson comme un appel à cette personne qui dans la réalité n’était plus dans ma vie. C’était une petite chanson pour essayer de forcer le destin mais malheureusement ça n’a rien changé. (ndlr: il nous chante un bout de la chanson au téléphone) “Viens à l’ouest, derrière ces montagnes, de l’autre côté du lac, là où le fleuve glisse vers Marseille, allez viens à l’ouest, saisis cette main, monte sur ce roc, elle t’emmènera très loin”.


MuzzArt: Avec Amenina, ça aurait marché! (rires)

Polar: Avec elle, ça n’a pas marché du tout (rires).



MuzzArt Quizz:


MuzzArt: On a vu que tu as fait des reprises de chansons de U2 et d’Iggy Pop et on voudrait savoir si tu es plus Iggy Pop ou plus U2…


Polar: Aaaaaah…. J’adore les deux mais plus Iggy Pop quand même. En Irlande (ndlr: Polar a passé son enfance en Irlande), U2, c’est une institution et le premier concert que j’ai vu, c’était U2 à Dublin en 84 lors de la tournée Unforgettable Fire. Iggy Pop c’est un artiste que j’ai découvert beaucoup plus tard et que je considère comme l’inventeur de quelque chose, du punk rock.


MuzzArt: Selon toi, le pire dans la vie d’un artiste, c’est: choisir le titre de l’album, se planter sur scène, écrire une chanson et se rendre compte qu’elle a déjà été écrite ou autre chose?


Polar: Le pire, c’est l’abandon que représente la vie de musicien, la solitude dans laquelle on peut se retrouver. Le pire, ça peut être aussi la galère quand on se donne à fond dans un projet et que les autres ne le comprennent pas.


MuzzArt: Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment?

Polar: En ce moment j’écoute l’album de Pete Doherty et celui d’un groupe qui s’appelle The Decemberists, c’est encore plus fort que Pete Doherty je trouve. Leur dernier album est vraiment audacieux et j’aime bien quand un artiste prend des risques.


MuzzArt: Tu es plutôt Myspace ou Facebook?

Polar: Facebook, c’est mort myspace.

Polar est en tournée en France en mai et juin 2009, voir sa page myspace pour l’ensemble des dates:

myspace de Polar


Merci à Polar et à Julien