Jocari – In The Healing Hands of Time

0
1607
    L’année dernière, les Cocoon nous ont emmenés en balade avec eux dans les montagnes d’Auvergne (From Panda Mountains), c’est à présent au tour de Jocari de nous en  faire découvrir les plaines et la mélancolie. Après Intimacy Ruins (2005), et sorti sur le label Les Disques Normal, In the healing hands of time est le deuxième essai folk, triste et tout en nuances, de l’Auvergnat Fabien Larvaron alias Jocari.


    Le titre de l’album annonce que le temps console et guérit et c’est bien du temps dont il est question ici, celui qui  s’enfuit et nous file entre les doigts, que ce soit à travers les textes portés par des mélodies à la guitare et aux arrangements minutieux ou le fait que le disque ne compte que 6 titres qui s’étirent sur presque plus de 40 minutes.

    Jocari y parle donc du temps que l’on passe plongé dans les yeux de quelqu’un à essayer de voir ce qui peut bien se cacher derrière (“Inflammable”), de cet instant où, assis sur un trottoir, on se dit qu’il est peut-être temps d’oublier les rêves et la vie qu’on avait autrefois parce que tout ça n’existe plus (“The Lost Waltz”) et de l’effet de ce même temps sur ce qu’on est au fond alors que le vent fait tomber les feuilles des arbres (“The fall guy”). Chaque titre de ce disque invite à une rêverie entre douce mélancolie et tristesse profonde (“Birchwood, Isle of Ré“) et nous plonge dans une atmosphère où l’obscurité est reine (“in my dark room, I cherish the gloom”,”In my dark room”) mais n’oublie pas de se mêler à quelques instants de légèreté, ici et là, percées d’un rayon de soleil à travers les nuages. Mêlant parfois de surprenants instruments et sons à sa musique folk évoquant tantôt Elliot Smith ou Bonnie Prince Billy, Jocari nous promène au grès du temps sur des chemins loin du reste du monde, ne reste plus qu’à fermer les yeux et à se laisser guider par la voix et les mélodies dans un univers sur le fil entre introspection, détresse et échappée imaginaire.


    Un album à écouter de préférence allongé dans un champ ou, à défaut, les vitres et les volets ouverts, tout en rêvant tout éveillé.

la page myspace de Jocari
le site officiel du label Les Disques Normal